top of page

Summer Cabin Temperature/Température de la cabine en été

Updated: Jul 24, 2023

Summer Cabin Temperature


The company has put in place a program to help manage unserviceable equipment related to cooling the aircraft. There are also active conversations happening between Air Canada and Jazz to confirm the availability of coolers at operational hubs. The Airports group is doing what it can to ensure ground staff are trained on the process of when and how to hook up ground units to our aircraft and the groomers will be given guidance to lower window shades and open gaspers to help keep the aircraft cool while it is on the ground. We can all agree that heat tolerance varies for each individual. If you are feeling overheated, follow some of the mitigation strategies listed in this publication. If you feel it is too hot to remain onboard the aircraft with passengers:

  • Confer with other crew members

  • Decide whether to delay boarding and call your OCM

  • Make sure to follow up with an SMS report

The Company and your Union will support your efforts to keep yourself and Air Canada’s passengers safe. As a note of interest, the Federal Government of Canada has a written acceptable range for “personal service rooms” for federal workers to be at a maximum of 29 degrees. Although this doesn’t apply to our industry it still may be a good guideline for us. Your Union OSH team would like to provide some additional educational information and mitigation strategies more specific to our job to assist our Flight Attendants in identifying and managing heat-related illness/injury. As pointed out in the Company Safety Brief, there is no maximum temperature limit in the regulations for airlines because occupational exposure limits or guidelines for exposure to high temperatures depend on many factors, not just the temperature. Some of those factors are:

  • relative humidity

  • airflow

  • exposure to sun or other heat sources

  • amount of air movement

  • how physically demanding the work is

  • is the worker acclimatized or unacclimatized to the workload under the conditions of work?

  • what clothing is worn (including protective clothing)

  • what is the work-rest regimen (% time work vs. % time rest break).

The legislation does not specify what is an “acceptable” range for temperature conditions at work. The Government of Canada imposes recommended standards for offices to keep the temperature between 23 to 26 °C with 50% relative humidity in summer. So, we can start there. This would be a comfortable temperature for office workers and probably also comfortable for passengers who are sitting, relatively idle and dressed for summer conditions on an aircraft. This, however, maybe a little less comfortable for a Flight Attendant in a three-piece suit including a tie or scarf while assisting to stow cabin baggage and other duties related to pre-flight preparedness. The CCOHS (Canadian Centre for Occupational Health and Safety) has adopted definitions for various levels of work and under their definitions flight attendants’ work would fall under moderate. “Moderate work - sustained moderate hand and arm work; light pushing or pulling; walking at a moderate pace; or moderate arm, leg, and trunk work.” Other industries use different guidelines to protect their workers from heat illness on the job. But these assume that workers exposed to these conditions are adequately hydrated, are not taking medication, are wearing lightweight clothing, and are in generally good health. Some of these criteria could apply to our flight attendant group where it is clear others do not. The Government of Canada published this table for additional guidance:

Source: Warm season weather hazards. Government of Canada Another source of information to consider comes from ASHRAE (The American Society of Heating, Refrigerating and Air-Conditioning Engineers) Under their 62.1 Standard they look specifically at ventilation in the workplace. Ventilation is a key factor because Inadequate ventilation can contribute to thermal stress in the form of hot, humid, and stagnant air. This is often the situation on aircraft such as the CRJs. Here are the factors which can lead to heat stress:



Protect yourself by staying hydrated. If the temperature is too high speak to the pilots to ensure a ground cooling unit is hooked up to the aircraft. If there is no GPU available ask the pilots to start the APU. If the temperature is still not comfortable (remember this is subjective and based on many variables) speak with the crew about delaying boarding until the aircraft has cooled down. Call your OCM to discuss this option and remember to submit a follow-up report. You can also consider removing your blazer while assisting passengers with cabin bags if you believe it will help to mitigate your personal heat level and keep you safe. Summer is just beginning, take care of yourselves, submit reports and reach out if you need additional assistance (nationalhealthandsafety@cfau.ca). Note: Extreme cabin temperature has been a long-standing item of discussion for those of us working in the cabin. In August 2018 the Association of Flight Attendants-CWA, an American trade union representing flight attendants at approximately 20 airlines in the US, announced its push to get the Department of Transportation to regulate cabin temperatures. US regulators state the cabin must be within 5° Fahrenheit (around 2.8° Celsius) of the cockpit, but no regulations govern the actual temperature. Sara Nelson was then the president of the Association of Flight Attendants, said the agreed-upon industry standard for an acceptable temperature range is between 65°- and 75°-degrees Fahrenheit (18-24° Celsius), or up to 85 degrees (29° Celsius) if all the in-flight entertainment screens are on. The AFA had a smartphone app developed that could be used by crews and passengers to document extreme temperatures, called 2hot2cold. The data gathered from the app was intended to help with the argument for published cabin temperature limits. CUPE who at the time represented about 11 airlines across Canada agreed that temperature is an issue for their working members. It was pointed out there is no temperature range in Federal regulations for airplanes sitting on the ground but when in the air, the regulations state “if reasonably practical, the air temperature on board an aircraft shall be maintained at not less than 18° C and not more than 29° C”. -Your Health & Safety Committee



 


Température de la cabine en été La compagnie a mis en place un programme pour aider à gérer l'équipement inutilisable lié au refroidissement des avions. Air Canada et Jazz sont également en discussions pour confirmer la disponibilité des refroidisseurs dans les centres opérationnels. Le groupe Aéroports fait tout ce qu'il peut pour s'assurer que le personnel au sol est formé sur le moment et la manière de brancher les unités au sol à nos avions et le personnel de nettoyage recevront des conseils pour baisser les stores des fenêtres et ouvrir les buses d'air pour aider à garder l'avion au frais pendant qu'il est au sol. Nous sommes tous d'accord pour dire que la tolérance à la chaleur varie d'un individu à l'autre. Si vous avez l'impression d'avoir trop chaud, suivez certaines des stratégies d'atténuation énumérées dans cette publication. Si vous estimez qu'il fait trop chaud pour rester à bord de l'avion avec les passagers:

  • Consultez les autres membres de l'équipage

  • Décidez de retarder l'embarquement et appelez votre responsable (OCM)

  • N'oubliez pas d'envoyer un rapport SMS

La compagnie et votre syndicat soutiendront vos efforts pour assurer votre sécurité et celle des passagers d'Air Canada. À titre d'information, le gouvernement fédéral du Canada a établi par écrit une gamme acceptable pour les "salles de service personnel" des employés fédéraux, qui ne doit pas dépasser 29 degrés. Bien que cette mesure ne s'applique pas à notre secteur d'activité, elle peut néanmoins constituer une bonne ligne directrice pour nous. L'équipe SST de votre syndicat souhaite fournir des informations supplémentaires et des stratégies d'atténuation plus spécifiques à notre travail afin d'aider nos agents de bord à identifier et à gérer les maladies/blessures liées à la chaleur. Comme indiqué dans le dossier de sécurité de la compagnie, il n'y a pas de limite de température maximale dans les réglementations pour les compagnies aériennes parce que les limites d'exposition professionnelle ou les lignes directrices pour l'exposition à des températures élevées dépendent de nombreux facteurs, et pas seulement de la température. Certains de ces facteurs sont les suivants:

  • humidité relative

  • la circulation de l'air

  • l'exposition au soleil ou à d'autres sources de chaleur

  • la quantité de mouvement d'air

  • le degré d'exigence physique du travail

  • le travailleur est-il acclimaté ou non acclimaté à la charge de travail dans les conditions de travail?

  • quels sont les vêtements portés (y compris les vêtements de protection)

  • quel est le régime de travail et de repos (% de temps de travail contre % de temps de repos)?

La législation ne précise pas ce qui constitue une gamme "acceptable" pour les conditions de température sur le lieu de travail. Le gouvernement du Canada impose des normes recommandées pour les bureaux afin de maintenir la température entre 23 et 26 °C avec une humidité relative de 50 % en été. Nous pouvons donc commencer par là. Il s'agit d'une température confortable pour les employés de bureau et probablement aussi pour les passagers qui sont assis, relativement inactifs et habillés pour des conditions estivales dans un avion. En revanche, cette température est peut-être un peu moins confortable pour un agent de bord vêtu d'un costume trois pièces avec cravate ou foulard, qui aide à ranger les bagages de cabine et s'acquitte d'autres tâches liées à la préparation du vol. Le CCHST (Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail) a adopté des définitions pour les différents niveaux de travail et, selon ces définitions, le travail des agents de bord relèverait du niveau modéré. "Travail modéré - travail soutenu et modéré des mains et des bras; poussée ou traction légère; marche à un rythme modéré; ou travail modéré des bras, des jambes et du tronc. D'autres secteurs utilisent des directives différentes pour protéger leurs travailleurs contre les maladies liées à la chaleur sur le lieu de travail. Mais ces directives supposent que les travailleurs exposés à ces conditions sont suffisamment hydratés, ne prennent pas de médicaments, portent des vêtements légers et sont généralement en bonne santé. Certains de ces critères pourraient s'appliquer à notre groupe d’agents de bord, mais il est clair que d'autres ne s'appliquent pas. Le gouvernement du Canada a publié ce tableau à titre d'orientation supplémentaire:

Source : Aléas météorologique de la saison chaude. Gouvernement du Canada La norme 62.1 de l'ASHRAE (American Society of Heating, Refrigerating and Air-Conditioning Engineers) traite spécifiquement de la ventilation sur le lieu de travail. La ventilation est un facteur clé car une ventilation inadéquate peut contribuer au stress thermique sous la forme d'un air chaud, humide et stagnant. C'est souvent le cas dans les avions tels que les CRJ. Voici les facteurs qui peuvent entraîner un stress thermique:



Protégez-vous en restant hydraté. Si la température est trop élevée, demandez aux pilotes de s'assurer qu'une unité de refroidissement au sol est connectée à l'avion. S'il n'y a pas d’unité de puissance au sol (GPU) disponible, demandez aux pilotes de démarrer le groupe auxiliaire de bord (APU). Si la température n'est toujours pas confortable (rappelez-vous qu'il s'agit d'une donnée subjective qui dépend de nombreuses variables), demandez à l'équipage de retarder l'embarquement jusqu'à ce que l'avion se soit refroidi. Appelez votre responsable (OCM) pour discuter de cette option et n'oubliez pas de soumettre un rapport de suivi (SMS). Vous pouvez également envisager de retirer votre veste lorsque vous aidez les passagers à déposer leurs bagages si vous pensez que cela vous aidera à atténuer votre niveau de chaleur personnel et à assurer votre sécurité. L'été ne fait que commencer, prenez soin de vous, soumettez des rapports et contactez-nous si vous avez besoin d'aide supplémentaire (nationalhealthandsafety@cfau.ca). Remarque : Les températures extrêmes en cabine sont un sujet de discussion de longue date pour ceux d'entre nous qui travaillent dans la cabine. En août 2018, l'Association of Flight Attendants-CWA, un syndicat américain représentant les agents de bord d'une vingtaine de compagnies aériennes aux États-Unis, a annoncé qu'elle faisait pression sur le ministère des transports pour qu'il réglemente les températures en cabine. Les régulateurs américains déclarent que la cabine doit être à moins de 5° Fahrenheit (environ 2,8° Celsius) du cockpit, mais aucune réglementation ne régit la température réelle. Sara Nelson, alors présidente de l'Association of Flight Attendants (AFA), a déclaré que la norme industrielle convenue pour une gamme de température acceptable se situe entre 18 et 24 degrés Celsius (65 et 75 degrés Fahrenheit), ou jusqu'à 29 degrés Celsius (85 degrés) si tous les écrans de divertissement en vol sont allumés. L'AFA a fait développer une application pour smartphone qui peut être utilisée par les équipages et les passagers pour documenter les températures extrêmes, appelée 2hot2cold. Les données recueillies à l'aide de l'application étaient destinées à étayer l'argument en faveur de la publication de limites de température dans les cabines. Le SCFP, qui représentait à l'époque environ 11 compagnies aériennes au Canada, a reconnu que la température était un problème pour ses membres. Il a été souligné qu'il n'y a pas de gamme de température dans les règlements fédéraux pour les avions au sol, mais que lorsqu'ils sont en vol, les règlements stipulent que "si cela est raisonnablement possible, la température de l'air à bord d'un aéronef doit être maintenue à au moins 18° C et à au plus 29° C". -Votre comité de santé et de sécurité


5 views0 comments

Recent Posts

See All

Summer Drop Process/Processus de renoncement en été

June 27, 2024 Dear members, The Company has just released “ALL FLIGHT ATTENDANTS MEMO 2024-193: SUMMER DROP PROCESS 2024”. The CFAU would like to remind its members that ONLY the dates included in the

Gimme a break!/Donne-moé un break!

June 20, 2024 Dear members, As of June 4th, 2024, certain amendments to Section III of the Canada Labour Code have taken effect and are enhancing working conditions for Flight Attendants. These change

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page